Le peintre Jacques Paris expose au centre d'art contemporain à Embrun dans les Hautes-Alpes.
actualité
peintures
dessins
photographies
écrits
expositions
biographie
contact
liens
Jacques PARIS
- Une figure d'Abd el-Kader
Vues de l'exposition au musée départemental de Gap (Hautes Alpes)

Exposition du 18 mai 2019 à mars 2020 du cycle complet des 33 peintures composant une " figure d'Abd el - Kader " faisant partie des collections du musée - muséum départemental de Gap, dans le cadre des expositions de la saison 2019-2020 "Ebranlements". Les 33 peintures, montrées séparément lors de plusieurs expositions, au musée-muséum, au musée Batha de Fès en 2005, dans les espaces d'expositions de l'arsenal et de la poudrières de la citadelle de Montdauphin (2006-2007), n'ont jamais été présentées dans leur ensemble. L'installation occupe 7 salles du sous-sol du musée, articulant les 12 "Etudes pour un portrait " (2002), les 12 panneaux du "Rêve de la météorite" (2005) et les 9 pièces du "Tombeau" (2008).

Vues de l'exposition, "rêve de la météorite" (détail) et "études pour un portrait".

L'exposition donne lieu à la publication d'un livret-catalogue "Jacques Paris, 'gestes du regard', peintures" rassemblant, outre les peintures du cycle "Une figure d'Abd el - Kader", les "commentaires plastiques" réalisés sur des pièces des collections du musée-muséum de Gap, "Voile de la pierre de Tallard", "Vanité".... Textes de Jacques Paris, Frédérique Verlinden, conservatrice en chef, et Kebir Ammi, écrivain.


Vue de l'exposition, trois des douze "études pour un portrait".



- Quatre nouveaux vitraux pour l'église de la Trinité (suite du programme)
Maquettes in situ des vitraux "yod" n° 4, et "hé" n° 1

Suite à la commande de la commune de Saint-Martin-de-l'If (76), les quatre vitraux du choeur de l'église de la Trinité sont en cours de réalisation par les Ateliers Duchemin, Paris, selon la même technique de fusing que les trois vitraux de la nef, à partir des maquettes travaillées sur papier qui répondent, selon une proposition validée par la Commission Diocésaine d'Art Sacré de Rouen, au motif du "tétragramme", les quatre lettres hébraïques du nom divin, Y-AH-W-EH (yod, hé, wav, hé), présent dans le triangle trinitaire situé au sommet du retable de l'église. Chaque vitrail fait résonner les significations plurielles contenues dans chaque lettre, significations augmentées par leur résonance avec les quatre éléments traditionnels composant la matière du monde : "yod" ou "la main qui va faire/ la terre", tonalités de rouges, baie 1 au nord , "hé" ou "le souffle qui anime et brûle/ le feu", tonalités de rouges et jaunes, baie 2 au nord, "wav" ou " le trait qui lie et unit/ l'eau", tonalités de bleus, baie 3 au sud, et "hé" ou "le souffle du respir/ l'air", baie 4 au sud.


Choeur de l'église de Mont de l'If (XIème -XVIème siècles)
et un des trois vitraux de la nef réalisés en 2016.



- Travail en cours : "tombeau de Poussin"
"Serpent de Rome" et "Serpent des Andelys" (version provisoire, état mai 2019)

Le "tombeau de Poussin" l'est au sens de composition prenant son inspiration dans l'importance et la survivance de la peinture de Nicolas Poussin, peintre du XVIIème siècle, dans le travail de Jacques Paris. La forme du "tombeau" envisagé est appelé à être modulable, pouvant donner lieu à des dispositions différentes, au sol ou accrochée, "à géométrie variable", le nombre (14) des pièces se calquant sur les 14 lettres Nicolas Poussin, qui correspond, quel hasard..., aux 14 lettres d' Et in Arcadia ego, phrase que le peintre a écrite dans son tableau du Louvre "Les bergers d'Arcadie".


- Tombeau de Poussin I et II
"Tombeau de Poussin", fragments "méduse et montagne" et "méduse et ange" (version provisoire, état mai 2019)

"Le travail sur le "Tombeau" provient d'un mouvement de "retour à Poussin" (au sens quasi tectonique, correspondant à la perception d'un "bruit" venant de loin, ce que l'auteur Kawabata a nommé "le grondement de la montagne"...) , dans le sens où ce qui meut la peinture au présent se souvient que Cézanne en son temps voulait faire un "retour à la nature" en disant vouloir "faire" du Poussin sur nature, et ceci, bien entendu, après avoir découvert au fond des toiles de Poussin qu'il avait vues et scrutées au Louvre, la montagne peinte qui lui révéla "sa" montagne, la Sainte-Victoire si bien nommée. En ce temps présent, le "retour à Poussin" (puisqu'il est difficile de dire vouloir "faire de la nature sur Poussin" !), signifie sans doute la nécessité de ne pas perdre le fil que depuis Cézanne rares sont ceux qui ont tenu ce fil, "ce rameau d'or de Virgile" , simplement parce que contrairement à ce qu'on voit proclamé un peu partout, "la peinture n'est pas morte", elle vit aujourd'hui des mêmes choses que depuis toujours, toujours et à chaque fois qu'il se trouve quelqu'un pour reprendre le pinceau-témoin, choses réinventées, toujours dites autrement pour demeurer visibles, audibles et parlantes, en prise la plus intense avec le monde."



- Tombeau de Poussin III et IV
"Tombeau de Poussin", fragments "méduse et serpent" et "méduse" (version provisoire, état mai 2019)

 


- exposition "visu di petra" prolongation
Un des tirages-montages de dessins avant son agrandissement numérique, et une vue de l'exposition,
dialogue entre une statue-menhir, petra pinzuta, collection du musée,
et un tirage-agrandissement d'après un dessin.

L'exposition "visu di petra" dont Laurence Pinet, directrice du musée de Préhistoire corse et d'archéologie de Sartène, est la commissaire, s'est tenue du 19 mai au 30 septembre 2018. Elle est prolongée jusqu'au mois de juin 2019. Elle présente 15 dessins monumentaux tirés de multiples études graphiques faites devant les statues-menhirs des sites mégalithiques de Corse du sud (Cauria, Filitosa). La suite des 15 tirages numériques de ces "grands visages" (intitulés "Faccia" et imprimés par A l'Atelier à Gap (05) a été acquise et fait aujourd'hui partie des collections du musée de Sartène.

Vues de l'exposition


- écoutez-voir

Animation sur les ondes de la radio libre RAM 05 d'une chronique de 5 à 6 minutes intitulée "écoutez voir", consacrée à  la rencontre avec une oeuvre.
Diffusion : les vendredis à  8h45 et 12h15 (rediff)

Depuis septembre 2013, une centaine de chroniques ont été diffusées et sont re-écoutables en podcasts sur le site de la RAM.

 

 

 


Conception site Web : Denis BUFFET PAO 05300 VENTAVON