Le peintre Jacques Paris expose au centre d'art contemporain à Embrun dans les Hautes-Alpes.
actualité
peintures
dessins
photographies
écrits
expositions
biographie
contact
liens
photographie Noé Bourgoin

Jacques Paris est né en 1948 à My Tho au Vietnam.
Il passe son enfance et son adolescence dans plusieurs pays d'Afrique et Madagascar suivant les affectations de son père chirurgien des hôpitaux, jusqu'en 1964.

Il commence ses études artistiques à Paris en 1967 (préparation au professorat d'arts plastiques au Lycée Claude Bernard: professeur agrégé, il enseigne jusqu'en 2004).

Il commence à peindre lorsqu'il est étudiant. Il travaille pendant plusieurs années, régulièrement, devant les Maîtres qu'il voit au Louvre ou dans d'autres lieux qu'il ne cessera de revisiter, continuant jusqu'à aujourd'hui un travail de dessins sur carnets d'après les oeuvres rencontrées.

Il rencontre dans cette même période les peintres Alfred Manessier, Jean Bazaine et particulièrement Lorris Junec. Il fait alors partie d'un petit groupe, avec son ami peintre Daniel Mohen, partageant une même vision et approche de la peinture, héritée tant des artistes romans que des Primitifs, de Poussin, Chardin, Cézanne, Braque...et cela lui permet de situer et de penser sa pratique à partir d'une succession ininterrompue jusqu'à ses aînés contemporains qu'il découvre alors, Rothko, De Kooning, Bram van Velde, Motherwell, Tal Coat, Soulages, Tapies, Joan Mitchell...

Il pratique longtemps une peinture exclusivement d'après nature, sur le motif, et depuis la fin des annés 80, ce travail s'ouvre à toutes les autres expériences le menant à "s'identifier avec son entourage" (le mot est de Matisse), les motifs se déroulant en cycles de plusieurs peintures à partir de la nature, des "grandes" figures rencontrées (parmi elles, Segalen, Abd-el Kader, Ulysse et Pénélope, François d'Assise...), de ce qui lui vient de certaines lectures, de certaines musiques, certaines traditions spirituelles et mythologiques.

Le voyage est chez lui une composante à part entière de ce processus "d'identification" aux choses. C'est ainsi qu'il effectue régulièremnt des séjours en Afrique, au Maghreb, au Kosovo, au Vietnam, et qu'il aime les longs déplacements avec son vélo ou les virées-croisières à la voile avec ses amis skippers.

Il commence à exposer son travail en 1978.
Depuis 2005, il a eu plusieurs fois l'occasion de travailler en résidence : Institut Français d'Oujda, Maroc ; Festari, Suharëkë au Kosovo ; Musée de Gap, église des Capucins d'Embrun, Mines de l'Argentière, dans les Hautes-Alpes.

Arrivé en 1975 dans les Hautes-Alpes, il vit et travaille depuis 1988 à Saint-André d'Embrun.